Dossier de presse

Publié le Mis à jour le

Voir le dossier de presse sur Calaméo

Les Rencontres de Liré, nouvellement rebaptisées « Le Festival de la langue française », consacrent leur 8e édition au goût des mots et des mets. Ouvertes à un large public et garantes d’un voyage savoureux à travers la langue, ces journées proposent d’explorer la richesse et la diversité des usages du français à travers notre rapport à la table. Les personnalités invitées livreront leurs regards croisés sur les enjeux multiples et passionnants qui traversent le thème. Placé sous le haut patronage de l’Académie française, cet événement nous emmènera dans le vif de nombreuses problématiques.


Comment le patrimoine culinaire français est-il devenu, à travers les siècles, le témoin de notre temps ? Comment expliquer son caractère de plus en plus populaire ? En quoi la langue et la table constituent-elles le ciment de nos relations sociales et de notre vie culturelle ? Quelle relation entre nourriture et littérature occupe l’œuvre des grands écrivains ? Comment les pratiques et spécialités culinaires s’expriment-elles sur le plan linguistique ? Comment la cuisine française s’est-elle enrichie à travers l’histoire de l’apport de nouvelles influences, des emprunts et métissages ? Que représentent le poids économique et l’image de marque du repas à la française dans l’hexagone et à l’étranger ? Qu’est-ce qu’une philosophie du goût ?
Historiens, écrivains, philosophes, sociologues, 
linguistes, ingénieurs agronomes, grands chefs, critiques gastronomiques seront les meilleurs passeurs pour éclairer ces sujets variés. Conférences et tables rondes, échanges et lectures, spectacles et temps de dégustation seront proposés comme autant d’espaces de réflexion et de débats, de rencontres gourmandes et conviviales.
Le festival fera notamment un tour d’horizon sur les usages actuels qui célèbrent le plaisir des mots et de la table, cette alliance heureuse inscrite dans une diversité de paysages, de savoir-faire, de traditions et de produits de terroir, dotée d’une terminologie particulièrement riche. Il sera également question de la valeur attractive du patrimoine culinaire que représente le repas « à la française », référence mondiale, constitutive de l’identité de notre pays. Ce repas sera largement décrypté, notamment sous la loupe des retombées économiques, suite au récent classement de la gastronomie française au patrimoine mondial de l’UNESCO.
La langue et la table seront aussi abordées comme terres d’accueil, hospitalières et nourricières. Henriette Walter, linguiste de renom, montrera comment les nourritures exotiques incarnent le reflet de la diversité.
Ces journées permettront également à chacun de se plonger avec délices au cœur de la langue des grands écrivains. De récents travaux mettront en lumière l’importance de la cuisine comme source vive d’inspiration chez Montaigne, Alexandre Dumas, George Sand, Joris-Karl Huysmans, Colette éveillant curiosité, passion et fantasmes autour de repas vécus ou rêvés.
À l’heure des pratiques des plus inventives
, de la floraison des guides gastronomiques aux émissions télévisées, de l’engouement des cours à celui des blogs culinaires, nous tenterons aussi de mieux comprendre les usages de la table du Moyen Âge à nos jours. Différentes personnalités parcourront le sillage de cette évolution qui, de siècle en siècle, a profondément modifié la vie de nos sociétés. Un hommage sera notamment rendu à Maurice Edmond Sailland, dit Curnonsky, né à Angers, surnommé « le prince des gastronomes ». En parallèle, on découvrira la vitalité actuelle des spécialités régionales  dans l’expression de cet art de vivre : la production de « l’or rouge » (le safran) en Maine-et-Loire, les vins du Val de Loire et quelques autres merveilles du terroir. Pascal Favre d’Anne, chef du renommé Favre d’Anne dévoilera quant à lui, le monde passionnant et exigeant de la gastronomie. En partenariat avec le guide Gault & Millau, cette « Soirée des chefs » abordera la critique gastronomique moderne avec Marc Esquerré et Sébastien Demorand.
Enfin les fines bouches, les gourmands, les gastronomes et tous les amoureux de la langue trouveront plaisir à participer aux autres temps forts du festival 
à Angers, Liré et Ancenis. Concoctés comme de petites fabriques de saveurs, dégustations, rendez-vous dans les vignes, ateliers du goût, avec la participation de viticulteurs et de jeunes apprentis de l’école hôtelière Jean Bertin (Saumur) démontreront toute l’inventivité des arts culinaires reliés aux métiers de bouche. Enfin un coup de projecteur sera mis sur de savoureux festins de mots avec des spectacles de slam, de théâtre et une résidence d’auteur (Isabelle Damotte).

CONTACT PRESSE
Jean-Baptiste Lalanne,
Délégué général des Lyriades
Tél. : 06. 86. 33. 60. 33
jean-baptiste.lalanne@lyriades.fr

L’approche foisonnante et vivante de cette manifestation nous conduira ainsi à mieux comprendre combien la langue française est émancipatrice et en constante évolution.
Avec son caractère unique et convivial, le programme de cette manifestation promet de savoureuses journées pour petits et grands !


Le mot du Président

JLJ

Organiser un grand festin de mots avec des tables rondes, des échanges, des communications, des spectacles, des conférences, des dégustations commentées, des lectures de poèmes arrosées des crus de la région, etc.
Tous les gourmands de la langue française en rêvaient, les Lyriades l’ont fait !
Le français se met à table est un festival qui s’adresse à tous, qui veut donner à savourer toutes les richesses du français liées à la nourriture, au bien boire et au bien manger, de l’origine de la langue à nos jours, des plaisirs les plus simples aux raffinements des grandes tables.
Tous, gourmands, gourmets, gastronomes, devraient donc trouver de quoi satisfaire leur soif de savoir, leur curiosité pour tout ce qui fait le charme du repas à la française, maintenant classé au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO, mais aussi pour tous les plats et les mots exotiques qui viennent nourrir notre envie d’ailleurs. Bon appétit !

Jean-Luc JAUNET
Président des Lyriades de la langue française


Le Festival de la langue française :
Un événement placé sous le haut-patronage de l’Académie française

Dans la France d’aujourd’hui, où des lignes de fracture culturelles, sociales, de générations troublent une société qui a pu se croire longtemps harmonieuse, les Rencontres de Liré rappelleront très opportunément que la langue doit être une fois encore le lieu et le moyen du rassemblement. C’est elle qui porte notre riche patrimoine culturel, une longue histoire dont nous devons avoir la fierté et des valeurs qui sont celles de la civilisation de l’universel. Cette langue doit être la même pour tous et constituer la référence commune permettant de dépasser tous ces clivages : sa maîtrise demeure plus que jamais la condition de la réussite individuelle et la vitalité dont elle fait preuve, face à la concurrence de l’anglais, manifeste sa capacité à porter les aspirations des hommes et des femmes qui, par millions sans cesse croissants, lui confient l’expression de leurs cultures, donc un peu de leur âme. L’existence de cette vaste communauté, fondée sur une même langue, qui se sert des mêmes mots pour nommer ses espérances, permettra de relever les défis de la mondialisation et de l’uniformisation de toutes les cultures : par les valeurs universelles qu’elle véhicule, la langue que nous avons en partage demeure le ciment de l’identité personnelle et collective, et l’instrument de la liberté des peuples qui se reconnaissent en elle […].
La Compagnie tient à exprimer aux organisateurs de cette manifestation, qui rencontre d’année en année un écho plus large, ses plus vives félicitations pour le choix du thème retenu cette année : la langue gourmande allie en effet avec un rare bonheur précision et poésie, et les arts de la table constituent un vecteur particulièrement actif du rayonnement de notre patrimoine à travers le monde, où s’exprime avec verve une part du génie français.»

Jean-Mathieu PASQUALINI
Directeur de cabinet de Madame Hélène Carrère d’Encausse,
Secrétaire perpétuel de l’Académie française
.


Le Festival de la langue française
23 – 29 mai 2016
Angers, Liré, Ancenis
Le français se met à table 

COUP D’ŒIL SUR LA PROGRAMMATION

  • Des conférences

– L’inscription par l’Unesco du « repas gastronomique des Français », un levier de valorisation et d’attractivité des territoires ?
– Du glouton au gastronome : petite philosophie du goût.
– Cuisine et peinture ou l’heureux parcours d’un cuisinier.
– Épices, espèces et épiciers

  • Des communications

La langue des gourmands : Une langue gourmande ¤ Manger en voyageant : Alexandre Dumas à la découverte des cuisines européennes ¤ Curnonsky, la langue et les papilles.

Histoire de mots et de mets :

Du Moyen Age au XXe siècle : De la table médiévale à la Renaissance des saveurs ¤ La bonne « chère » au xviie siècle ¤ Parler à table et de la table (du XVIIIe auXXe siècle) ¤ Repas, banquets et festins, une histoire de mots.
Au XXe siècle : La bonne cuisine moderne avec ses bons mots ¤ La langue française et les langues africaines en dialogue à table ¤ Table des Hommes, des mets et des mots en langue française ¤ De la créativité au discours : les appellations culinaires des chefs.

Langue, textes et usages sociaux Du goût des mets au son des mots ¤ Les métiers de bouche : mets, mots et textes ¤ La table, la cuisine et la littérature culinaire comme piliers de la nation française ¤ Les menus des repas d’associations à la fin du xixe siècle.

Les nourritures littéraires Dérivés alimentaires et plats composés rabelaisiens ¤ Mets, mots et figures dans les Fables de La Fontaine ¤ À la table des Lumières ¤ Le rôle du repas dans La Recherche du temps perdu.

  • Des échanges

Soirée des chefs : la critique fait-elle toujours recette ?

  • Des tables rondes

– À la table des grands écrivains.
– Nourritures exotiques : emprunts et métissages.

  • Le stage académique de formation de l’Éducation nationale

Composé de deux ateliers de travail :
– 
Mise en mots et mise en bouche ;
 Lexique de la gourmandise.

  • Des manifestations culturelles

Spectacles :
« Les Cabarets enivrants de Bernadette », par la Cie Bernadette Bousse ;
« Confidences gourmandes, servies à table », par Gérard Guérif, comédien (Cie Les Aphoristes) ;
« Les Chants et plaisirs de table » par DASTUM 44 ;
« 10 mots autour de la Gastronomie », palmarès du concours de poésie ;
Performance de slameurs, avec Bo’m, Madeleine, Patricio et TomTom, auteurs-interprètes.

Carte blanche…
Carte blanche… à
 Isabelle Damotte, auteur
Isabelle Damotte, poète, est accueillie en résidence d’auteur par l’association La Turmelière jusqu’en juin 2016. Le public est invité à découvrir son travail et celui réalisé avec les enfants, entre échanges savoureux et lectures gourmandes. Pour cette exposition, visible au château de la Turmelière, Isabelle Damotte s’est associée à la plasticienne Cathy Gagnaire. .

Visites commentées :
Musée gourmand et L’appétit vient en regardant, deux animations insolites au musée des Beaux-Arts d’Angers.

Rendez-vous dans les vignes et découverte des vins du Val de Loire :
Le clos Saint-Nicolas.
Les vignobles de Savennières.

Expositions :
À la table des Angevins (conçue par les Archives départementales de Maine-et-Loire),
Le français se met à table (conçue par les Lyriades-Jeunesse),
À la table des Français et des francophones (conçue par Le centre de langue française des Lyriades),
En attendant deux (Cathy Gagnaire et Isabelle Damotte).

Le Festival de la langue française

Le français se met à table 

23 – 29 mai 2016 – Angers, Liré, Ancenis

Mardi 24 mai 2016 à 17h00 OUVERTURE OFFICIELLE DU FESTIVAL DE LA LANGUE FRANÇAISE
>>> CCI de M-&-L- 8, bd du Roi-René, Angers. Sur inscription dans la limite des places disponibles. Inscription auprès de christelle.gourronc@maineetloire.cci.fr – 02 41 20 49 06

>> L’inscription par l’Unesco du « repas gastronomique des Français », un levier de valorisation et d’attractivité des territoires ?
par Pierre SANNER
, directeur de la Mission française du patrimoine & des cultures alimentaires.

CONFÉRENCE
« Les experts de l’UNESCO ont estimé que le repas gastronomique à la française, avec ses rituels et sa présentation, remplissait les conditions pour rejoindre la liste du patrimoine culturel immatériel de l’Humanité. C’est la première fois que la gastronomie d’un pays accède à ce statut ».
Après avoir déterminé les valeurs sûres du repas à la française, Pierre SANNER interrogera l’image de marque qui en découle et le poids économique qu’il représente pour le pays.

CONFÉRENCE

Mercredi 25 mai 2016 à 14h00 >>> Salons Curnonsky, place Maurice Sailland – Angers. Entrée libre

>> Du glouton au gastronome : petite philosophie du goût
Pascal TARANTO
, philosophe, professeur à l’Université d’Aix-Marseille. Directeur du Ceperc (Centre d’épistémologie et d’ergologie comparatives).

Du glouton au gastronome : petite philosophie du goût
Considérer la Gastronomie comme un des beaux-arts peut entraîner des malentendus. Se trouveraient opposés par là une manière intellectuelle et esthétique de goûter la nourriture et une façon vulgaire et quasi-animale de manger, un avatar des dualismes artificiels de la culture et de la nature, du spirituel et du sensuel, des plaisirs raffinés et des plaisirs grossiers. Pourtant, de l’amateur de grande bouffe au dégustateur d’élite, en passant par le mangeur traditionnel et le cuisinier raisonné, le rapport de l’homme à ce qui le nourrit exprime toujours une facette de son humanité. C’est cette continuité que nous voudrions mettre en avant en présentant les quatre frères de la maison du Goût : le Glouton, le Gourmand, le Gourmet, et le Gastronome. P. Taranto

 ÉCHANGES

Jeudi 26 mai 2016 à 18h00
>>> Salons Curnonsky, place Maurice Sailland – Angers. Entrée libre

>> Soirée des chefs : la critique fait-elle toujours recette ?
sous le haut patronage du guide Gault & Millau
Les chefs angevins Pascal Favre d’Anne et Gérard Bossé, tous deux étoilés, viendront débattre avec Marc Esquerré, rédacteur en chef du guide Gault & Millau, et le journaliste gastronomique Sébastien Demorand (photo) sur la pertinence du critique gastronomique aujourd’hui, mais aussi sur le pouvoir des appellations culinaires. Car c’est un fait, certains mots parviendraient réellement à nous mettre en appétit…
La soirée sera suivie d’un dîner-dégustation des vins de Loire, commenté par Jean-Michel Monnier, œnologue.


« Le français à table » vu par Françoise Argod-Dutard,
Responsable scientifique des Lyriades

Le français à table, voilà un titre bien alléchant pour des journées de réflexion sur la langue française en France et en Francophonie. C’est associer en effet les splendeurs gustatives du palais aux productions orales de la bouche, c’est redonner aux mots leurs saveurs, à la langue spécialisée sa motivation, à l’écriture littéraire une sensualité nouvelle.
C’est assurément s’attacher à l’amplification du lexique au fil de l’histoire de la langue et de ses voyages, s’intéresser à la naissance et à l’évolution des textes spécifiques, s’arrêter sur l’expression littéraire d’un thème particulièrement attirant.
Depuis les premiers textes où le pain, le vin et l’eau ont une part essentielle, les aliments n’ont cessé de se diversifier avec l’introduction de produits rapportés des grandes découvertes, de nouveaux modes de cuissons, de manières de table plus raffinées, de mets originaux inventés par des cuisiniers ingénieux. De nouveaux mots pour les désigner ont alors fait leur entrée, empruntés aux langues originelles, créés par dérivation, de manière imagée ou anthroponymique… Aussi le lexique de la table constitue-t-il un véritable festin à déguster.
Dès le Moyen Age, des textes spécialisés apparaissent : répertoires de notes et de tours par des cuisiniers royaux, «mesnagiers» ou «théâtre d’agriculture» compilant les conseils avisés des agronomes, menus ou recettes des professionnels ou des familles. La diététique apparaît à l’époque moderne et les relations entre santé et nourriture deviennent objets d’étude tandis que les repas prennent une dimension sociale et que les métiers de bouche se développent. Les mets et les textes se contaminent pour donner naissance à un art : celui de la gastronomie.
La littérature illustre ces relations de façon éclatante, du Moyen Age qui célèbre Bacchus au XVIe siècle où la soif et la faim rabelaisiennes sont porteuses de symboles, du XVIIe au XXoù les manières de table et les modes de consommation pénètrent dans les genres littéraires, envahissent le roman ou la poésie, notamment, en se chargeant de contenus symboliques dont la peinture ou la musique se font les échos.
Ce sont autant d’orientations que les 8es rencontres de la langue française proposeront au public au cours d’un véritable festival d’une semaine de réflexion partagée entre échanges, entretiens, dégustations et manifestations festives, grâce aux interventions de professionnels, de linguistes, de critiques, de gastronomes, de littéraires et d’artistes.
Ces 8es Rencontres verront le jour grâce au concours d’un grand nombre de partenaires que nous remercions bien chaleureusement, en particulier la municipalité d’Angers, les collectivités locales, le conseil régional des Pays de la Loire, le conseil général de Maine-et-Loire, le ministère de la Culture et de la Communication, le ministère de l’Éducation nationale, la Chambre de commerce et d’industrie de Maine-et-Loire, l’École nationale supérieure d’arts et métiers d’Angers, les universités angevines, les équipes de recherche et les associations partenaires et, enfin, tous les éminents spécialistes de la langue française et de la table qui enrichiront de leurs réflexions le thème proposé, véritable sujet linguistique, socioéconomique et culturel qui, sous un titre prometteur, souhaite mettre à la table de la langue française tous les gourmets et les gourmands de mots, de mets et de textes.

Françoise ARGOD-DUTARD
Responsable scientifique des Lyriades

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s